FANDOM


I.Présentation:Modifier

Aphrodite est la déesse de la beauté, de l'amour, du plaisir et de la procréation. Elle fait partie des douze dieux olympiens. Chez les Romains elle est assimilée à Vénus.

II. Sa naissanceModifier

D'après Homère, elle est la fille de Zeus et de Dioné. Dans la Théogonie, poème d'Hésiode, elle est née de l'écume des flots après la mutilation d'Ouranos par Cronos. Aphrodite surgit alors nue de l'écume de la mer, chevauchant une conque. Elle aborda d'abord sur l'île de Cythère, mais comme c'était une petite île, elle se rendit dans le Péloponnèse et finalement s'installa à Paphos, dans l'île de Chypre qui allait devenir son centre de culte principal. A Paphos, les Saisons, filles de Thémis, se hâtèrent de la vêtir et de la parer. Quand elle parut dans l'Olympe tous les dieux, mais beaucoup moins les déesses, furent stupéfaits d'admiration: jamais une telle beauté n'avait été admirée: sa peau était d'une blancheur du lait, ses cheveux était comme une rivière d'or liquide, ses yeux étincelaient comme des étoiles, ses formes étaient parfaites et elle exhalait un parfum suave de fleur.

Aphrodite Botticelli small.jpg

Naissance d’Aphrodite par Botticelli

De cette double naissance provient peut être la double personnalite d'Aphrodite, déesse de l'amour céleste et de l'amour physique.

III. Ses attributs et attributions Modifier

Elle était la déesse de l'amour céleste (Ourania), vulgaire (Pandémos), du mariage (Nymhidia) ou des courtisanes (Hétaïra), la déesse marine (Pontia), ou la déesse victorieuse (Nikêphoros).

Elle avait pour attributs la myrte, la rose: divers fruits comme la '''pomme''' ou la grenade ; les animaux de la nature prolifique, comme le bélier, le bouc, le lièvre, le cygne, la tourterelle ou encore la colombe. Elle avait aussi une ceinture magique, (le ceste) cadeau de mariage de Zeus, qu'elle prêtait parfois à Héra pour raviver l'amour de son époux volage.

Elle entraînait à sa suite Éros, les Nymphes, les Heures, les Charites, les Tritons et les Néréides ainsi que des personnages allégoriques comme Peitho (la Persuasion); Pothos ou Himéros (Le Désir).

IV. Ses liaisons divinesModifier

Les légendes divergent. Pour' Hésiode, Aphrodite est l'épouse d'Arès, mais cette version est peu connue et comme le chante Démodocos dans lOdyssée, Aphrodite est mariée à Héphaïstos qu'elle trompe avec d'autres dieux tel que Arès ou même de simples mortels.

Une légende est connue sur cette liaison mythique.

Arès vivait en bonne intelligence avec Aphrodite qu'il venait voir la nuit de peur que Phoebus, qui voit tout, rapporta les faits à Héphaïstos, époux légitime d'Aphrodite. Arès postait devant la porte un jeune éphèbe du nom d'Alectryon qui devait l'avertir afin qu'il puisse quitter la chambre avant le lever du soleil.

Malheureusement un matin ce dernier oublia la consigne et les deux amants furent surpris par Héphaïstos, qui les enferma dans un filet magique qu'il était seul capable de manœuvrer et les exposa ainsi à la risée des Immortels, exception faite des déesses qui ne voulurent pas désobliger Aphrodite.Puis il demanda à Zeus de lui restituer toute la dot. Les dieux tombèrent d'accord pour imposer une amende a Arès, et Hermès avoua qu'il prendrait bien la place d'Arès ce qui fit redoubler les rires.

Il fallut que Poséidon promît de payer la caution si Arès refusait de s'en acquitter, pour qu’Héphaïstos finisse enfin par les relâcher. Après cette malheureuse aventure, Aphrodite se retira d'abord à Paphos, puis alla se cacher dans les bois de Caucase.

Elle eut une courte liaison avec Dionysos, avec Poséidon, Hermès, Zeus.

V. Les lieux de culteModifier

Les principaux centres du culte d'Aphrodite étaient Paphos, dans l'île de Chypre, et Cythère, en Crète ; parmi ses sanctuaires les plus fameux, il faut citer le temple de Cnide, en Carie, et celui de l'île de Cos.

L'Aphrodite Pandémos était vénérée à Thèbes, où se voyait une statue de la déesse, faite, disait-on, avec les éperons des navires qui avaient amené Cadmos en Grèce ; à Athènes, où se trouvait un temple d'Aphrodite Hétaïre et où la déesse était représentée assise sur un bouc ; à Abydos, à Éphèse et surtout à Corinthe, où les courtisanes de la ville étaient ses véritables prêtresses; l'Aphrodite Génitrice était adorée à Sparte et à Naupacte, en Phocide ; l'Aphrodite Ourania avait des temples à Sicyone, à Argos, à Athènes ; enfin, l'Aphrodite Pélagie, ou marine, était particulièrement honorée à Hermioné.

En Thessalie, on vénérait une Aphrodite Anosia (l'impie), en mémoire du meurtre de la courtisane Laïs par les femmes du pays. En Sicile, Aphrodite avait un temple célèbre au mont Eryx.

Les représentations d'Aphrodite varièrent suivant l'aspect sous lequel on l'envisageait. Aphrodite est généralement représentée nue ou à demi vêtue d'un mince voile qui moule son corps. Toutefois, dans l'art archaïque et sur les poteries, Aphrodite est plus généralement représentée vêtue. Ce n'est qu'ultérieurement, au cours de la période classique, qu'elle apparaît totalement ou partiellement nue.

A Sicyone on vénérait une statue chryséléphantine de Canachos, où la déesse était représentée coiffée du polos. La noblesse et la décence caractérisaient cette statue, qui figurait l'Aphrodite Ourania ou l'Aphrodite Génitrice.

Mais, par la suite, ce fut la sensualité qui domina dans les effigies d'Aphrodite : on recourait d'ailleurs à des courtisanes pour servir de modèles, comme Cratine, Phryné ou Cambyse, la maîtresse d'Alexandre. Telles furent les Aphrodites nues de Praxitèle, qui effarouchèrent, dit-on, la piété des habitants de Cos. Celle que l'on honorait à Cnide était particulièrement voluptueuse.

Le mythe d'Hésiode de la naissance d'Aphrodite inspira les différents types d'Aphrodites anadyomènes, ou sortant de l'eau, comme la célèbre Aphrodite ou Vénus Médicis, ou encore les Aphrodites au bain, complaisamment traitées par la statuaire.

Un type assez différent des précédents est celui de l'Aphrodite guerrière, représentée armée et coiffée du casque. C'était celle que l'on vénérait particulièrement à Sparte. Il est permis d'y voir un rappel de l'Isthar guerrière des Babyloniens. La Vénus de Milo était une Aphrodite guerrière .Aphrodite symbolise la beauté et le charme féminins, c'est la divinité de la mythologie grecque la plus fréquemment figurée. Aphrodite Ourania était représentée vêtue, parfois couronnée, et le pied posé sur une tortue.

VI. SourcesModifier

Navigation sur le Site Modifier

Les 12 dieux de l'Olympe
AphroditeApollon ●  ArèsArtémisAthénaDéméterHéphaïstosHéraHermèsDionysosPoséidonZeus

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard