FANDOM


Lucianus.jpg

Gravure du buste de Lucien de Samosate par William Faithorne (détail)

I) Lucien de Samosate Modifier

II) Enfance et études Modifier

Né à Samosate en 120 en Syrie[1], Lucien était destiné à devenir sculpteur par ses parents d’origine modeste, mais il abandonna ses études manuelles – dès le premier cours – pour suivre des études de lettres et apprit le grec, devenant ainsi un Romain hellénisé avec des perspectives d’ascension sociale qu’une vie d’artisan ne lui aurait pas offert.
Ses études terminées, il devint avocat à Antioche à 25 ans, mais les plaidoiries judiciaires  ne lui plaisant pas – il préfère briller en société – il abandonne son métier d’avocat et ses  leçons de rhétorique qu’il délivrait entre Antioche et Athènes dans les années 150.


III) Voyages et premières oeuvres Modifier

Commence alors une nouvelle vie pour lui,  où il commence à voyager entre l’Italie, les Gaules et l’Asie Mineure, enchaînant de vrais exercices de style dans des théâtres où la forme était souvent plus considérée que le fond. Il brilla surtout en Gaule, où il fit fortune - d’après ses écrits – dans la vallée du Rhône. C’est durant ces voyages qu’il écrit ses premières œuvres.

Cependant, après une dizaine d’années de voyages épuisants, il tourna la page de la rhétorique et retourna en Orient pour se ressourcer et commencer à pratiquer l’art de la philosophie au travers de dialogues philosophiques (principalement des déclamations relevant de la seconde sophistique) et surtout des critiques à l’encontre des Stoïciens.

Parmi les 85 ouvrages qui ont été retrouvés, les genres sont extrêmement variés : œuvres rhétoriques, dialogues philosophiques; récits fictifs ; critiques littéraires …  On retrouve cependant une certaine unité dans son oeuvre : l’humour, la fantaisie et le sens critique que l’on retrouve dans le plupart de ses œuvres, dont les principales sont Histoires vraies ; Dialogues des morts ; Le Songe ; Timon ou le misanthrope et Ménippe ou la necyomancie.

IV) Fonctions administativesModifier

Sa réputation grandissante lui permit d’accéder aux entrailles du pouvoir en se liant avec le second empereur en titre après Marc-Aurèle [2], Lucius Verus, pour qui il fit, comme c’était de coutume à l’époque, un éloge, qu’il destina à sa maîtresse. Lucien suivit l’empereur dans les guerres Parthiques [3]. En 171, grâce à des appuis impériaux, il obtint la fonction prestigieuse d'archistrator [4] du Préfet d’Égypte Statianus. Mais la chute de ce dernier - qui avait soutenu l’infructueuse tentative de coup d'État d’Avidius Cassius en 175 – entraîna le retrait des fonctions administratives de Lucien. Ce dernier, alors âgé, se lança de nouveau dans une série de conférences itinérantes, puis revint à Athènes où il mourut aux alentours des années 190.

Sources :Modifier

http://bcs.fltr.ucl.ac.be/FE/08/Lucien.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lucien_de_Samosate

Références et notesModifier

  1. qui appartient à l’époque à l’Empire romain
  2. (121-180)
  3. (161-166)
  4. charge importante de secrétaire

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard